Flash Infos

Un Français nommé à la tête de STMicroelectronics

0

Jean-Marc Chéry, actuellement Directeur général délégué (Deputy CEO) de ST, prend la tête de l'entreprise. L'annonce a été faite ce jeudi matin à l'occasion de la publication des résultats de l'exercice 2017. Jean-Marc Chéry prendra ses fonctions lors de la prochaine assemblée générale annuelle des actionnaires. Il aura pour mission de confirmer le redressement de STMicroelectronics.

Pour la CFDT, le départ de notre CEO était attendu. Dès 2014, nous avions interpellé l'Etat Français (co-actionnaire avec l'Etat italien) pour qu’ensemble, ils initient un renversement de stratégie et engager des réflexions autour de véritables perspectives industrielles. La micro-électronique est un enjeu de souveraineté nationale et elle compte des milliers d'emplois en métropole. 

Mr Jean-Marc Chéry a la réputation d'être un "industriel" plus qu'un "gestionnaire financier" et c'est plutôt positif pour la compagnie. La fonction exige une certaine rigueur financière, cependant la mission sociale et sociétale de l'entreprise ne doit pas être oubliée. Toutes les parties prenantes doivent également y trouver leur compte et aujourd'hui, nous devons bien reconnaître que par exemple, la prime d'intéressement des salariés n'est pas à la hauteur de la juste redistribution des richesses créées.

Une vision d'entreprise est indispensable pour donner du sens à notre action quotidienne et un cap vers lequel se projeter. Nous attendons maintenant de voir comment ST va pouvoir se positionner dans l'échiquier mondial et consolider les résultats solides que nous connaissons ces derniers mois. 

Lire l'article sur LesEchos.fr.

janvier 25, 2018 |

RESTRUCTURATION IMMINENTE ?

0

La semaine prochaine, notre CEO commentera les résultats financiers de la Compagnie et annoncera sans doute la restructuration prévue depuis de longs mois. Si le plan de licenciements secs initialement prévu par le top management de 1 000 salariés en France se confirme, la CFDT ne l'acceptera pas ! Nous estimons, en l'état de nos informations, qu'un des buts premiers de ces licenciements seraient de doper le cours de l’action et faire porter le chapeau des échecs stratégiques de la Compagnie aux salariés. Cette stratégie ne peut plus fonctionner. A ce jour, nous attendons avec impatience la communication des orientations stratégiques de l'entreprise. ST doit réagir et reprendre sa place de leader dans le marché mondial du semi-conducteur. Ce défi est à notre portée et les élus CFDT feront le nécessaire pour alerter toutes les parties prenantes en cas de dérive. Lire tract_infos_CFDT_Janvier 2016.

Etes-vous satisfait des positions de la CFDT ?

janvier 20, 2016 |

STMICROELECTRONICS se prépare-t-il à une vente de sa division numérique ?

0

Une hypothèse de vente "par appartement" menacerait des emplois en France et la perte de l’indépendance de l’Europe dans le secteur des nouvelles technologies. Les annonces récentes de Monsieur Bozotti, le 12 mai 2015 à Londres lors de la journée « investisseurs », ne font que renforcer un plan mis en place pour doper le cours de l’action à très court terme.

Nous avions déjà interpellé le gouvernement le 17 novembre 2014 lors d'une rencontre à Bercy avec des représentants du Ministère de l'Économie ainsi que ceux du Ministère du Travail. L'intersyndicale (CFDT, CGT, CAD-ST) souhaitait alerter les pouvoirs publics de nos inquiétudes vis-à-vis de la stratégie et discuter de l’avenir de notre entreprise. En effet, nous savions pertinemment que l’enclenchement d’un plan de départs volontaires de 450 salariés dans le monde (dont 150 en France) ne résoudrait rien, si ce n’est une embellie passagère sur les marchés boursiers. Le PDV arrive à son terme en juin 2015 et de nouvelles suppressions d'emplois sont à craindre.

Dans ce contexte, il est difficile de comprendre comment notre CEO continue d’être une des plus fortes rémunérations du patronat en Europe. Le rachat d’actions en Q1 2015 pour un montant de 154M€ reste une énigme alors que tous les voyants sont au rouge et que le manque d’investissement industriel nous mène droit dans le mur. Pour la CFDT, la micro-électronique est un enjeu de souveraineté nationale stratégique long-terme qui porte sur des dizaines de milliers d'emplois et des dizaines de milliards d'euros. Nos élus interpellent à nouveau l’état Français actionnaire pour qu’il enclenche un renversement de stratégie avec de véritables perspectives industrielles.

mai 17, 2015 |

© Copyright 2018 CFDT STMicroelectronics