Flash Infos

Prorogation de notre accord GPEC

0

Lors de la séance de négociation du 27 novembre 2014, la DRH France a rappelé son souhait de proroger notre accord GPEC sur 2015. Il ne s'agissait donc pas vraiment d'une réunion de négociation sur le contenu de notre accord.

Déclaration CFDT faite en séance : Nous regrettons que la Direction n'ait pas ouvert de négociation sur ce thème. Les élus CFDT ont une réelle volonté d'accompagner ce dispositif, à condition que le volet "mobilité externe" montre une certaine efficacité. Sur l'aspect "mobilité interne", nous sommes très en dessous de nos attentes que ce soit sur la formation des salariés (filière diplômante, DIF, etc.) ou sur la mobilité inter-sites. Les méthodes RH doivent évoluer pour la faciliter. Les chiffres montrent un véritable échec de la politique de la compagnie dans ce domaine.

Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences : la GPEC est un outil du « dialogue social » sur la stratégie globale de l’entreprise et ses effets prévisibles sur l’emploi et les salaires, la mise en perspective des parcours professionnels, les grandes orientations des plans de formation, les perspectives d’utilisation des différentes formes de contrat de travail, les contrats de génération et la mobilité dans l’entreprise…

décembre 1, 2014 |

Plan de Départs Volontaires et de Mobilité Interne (PDVMI)

0

La CFDT, la CFE-CGC ainsi que la CGT, ont donné un avis défavorable au projet d'accord à l'issue des séances de négociation. Ceci ne permet pas à la Direction d'obtenir la signature d'un accord dit "majoritaire", ce qui obligera la DIRECCTE à homologuer le projet.

Pour la CFDT, ce PDVMI est plus la conséquence de dysfonctionnements organisationnels ou structurels profonds que d’une problématique conjoncturelle. Ce plan est une réponse possible à l’amélioration des indicateurs financiers qui stagnent, voire se dégradent d’exercice en exercice (marge brute, parts de marché, chiffre d’affaires, ranking mondial, retard produits et plans de charge, etc.). Nous constatons qu’il s’inscrit dans la continuité d’une logique de réduction de coût permanente, de plans d’économie successifs dont la finalité vise à gérer surtout le court terme et dont la logique des rendements (sous la pression de l’actionnariat) poussent à considérer l’entreprise comme un produit.

La CFDT appelle le TOP Management à changer de philosophie. Nous interpellons l’entreprise afin d’adresser et de régler les vraies problématiques, c’est-à-dire ses méthodes de marketing (dont les audits récents pointent les faiblesses) et créer au plus haut niveau un management projet en capacité d’arbitrer les stratégies. En effet, les experts montrent du doigt notre fonctionnement trop en silo (que ce soit sur nos segments ou l’organisation des divisions à l’intérieur de ses segments). L’autonomie permet l’agilité, elle est une réponse efficace à la complexité des marchés. Toutefois, sans coordination d’ensemble, ceci peut conduire à limiter les ambitions de l’entreprise et freiner son développement.

Les élus CFDT préconisent donc le démarrage d’une réflexion autour d’une structure légitime pour :
- piloter et orienter les ressources transversales
- optimiser les synergies et coopérations inter-équipes
- créer une vision partagée de tous afin de répondre aux enjeux de demain.

En conclusion, nous considérons que ce ne sont pas les effectifs qu’il faille ajuster, mais que l’organisation est à repenser. Les managers doivent insuffler du sens à l’action et de la fierté dans le travail. La CFDT entend le malaise des équipes, leurs difficultés et incompréhensions concernant les choix qui peuvent être fait. La compagnie doit apprendre à écouter ses collaborateurs ce qui permettrait d’envisager des ajustements organisationnels adaptés (et certainement surprenants). ST peut et doit jouer la carte du développement créatif du savoir de chacun, ne plus voir ses salariés comme une seule force de production et d’exécution, mais comme une force d’intelligence collective ! Le défi est de répondre aux besoins futurs du marché, au bon moment, et avec les bonnes spécifications produits. Est-ce à ce prix que l’Europe, et plus particulièrement la France, renforceront leur souveraineté et l’aura industrielle indispensable à nos territoires ?

décembre 1, 2014 |

Intéressement : vers la fin d’un monopole ?

0

La participation et l’intéressement sont des compléments de rémunération, distincts du salaire. Ils associent les salariés aux performances de l'entreprise. Aujourd'hui, notre accord d’intéressement 2012-2014 a été remis en cause par l’organisation syndicale CAD-ST suite à l'évolution de la jurisprudence. En effet, la Cour de cassation reconnaît le principe de spécialité, ce qui interdit à un syndicat catégoriel (la CFE-CGC) de signer seul un accord destiné à s’appliquer à l’ensemble du personnel de l’entreprise. En conséquence, l’accord d'intéressement signé par la seule CFE-CGC pourrait ne pas être valable et être annulé par le juge...

La CFDT est contre un indicateur de marge brute qui pèse pour 36% de la valeur de l’intéressement ! Les objectifs doivent challenger les salariés, toutefois ils doivent également rester atteignables ! Nous souhaitons un partage équitable de la richesse produite. Suite au récent PDVMI et en l'état de nos réflexions, l'accord devrait utiliser des indicateurs mettant en évidence des progrès de coopération entre les individus, entre les services, les établissements, les divisions et segments de produits de l'entreprise.

Lire notre CFDT _Tract_Interessement

novembre 22, 2014 |

STMicroelectronics : activité partielle à répétition et restructuration, la CFDT est inquiète

0

Les élus CFDT s’alarment du manque de visibilité donné par l’équipe dirigeante de STMicroelectronics. La direction ne vise que des objectifs financiers à court terme avec des objectifs de rentabilité à deux chiffres, quitte à perdre des pans entiers de savoir-faire des salariés de l’entreprise. La « course à la Bourse » aux dépens de l’innovation de l’entreprise aboutit aujourd’hui à des stratégies incompréhensibles.

Lire la suite ...

PointPresse311014 STMicroelectronics

novembre 1, 2014 |

Communiqué de presse CFDT

0

Activité partielle à répétition et restructuration

Les élus CFDT s’inquiètent du manque de visibilité donnée par l'équipe dirigeante de STMicroelectronics. La direction ne vise que des objectifs financiers à court terme avec des objectifs de rentabilité immédiate, quitte à perdre des pans entiers de notre savoir-faire.
La « course à la bourse » au dépend de l’innovation de l’entreprise nous amène aujourd’hui à des stratégies incompréhensibles.

Le site de production STMicroelectronics Crolles 300 fleuron de l’industrie en Rhône Alpes, après avoir subi 10 jours de chômage partiel en Octobre, annonce une nouvelle période de chômage de deux semaines fin Décembre plus une semaine de congés imposés en Janvier 2015.Ces mesures impactent ainsi financièrement près de 1000 salariés ainsi que l’état qui finance une partie de ce chômage partiel. Tout ceci après avoir mis en place un plan d'économies drastiques en 2014 qui a été suivi avec zèle pour arriver au-delà de l'objectif.

Un nouveau plan d'économies est mis en place pour 2015 pour atteindre le fameux objectif de 10% de rentabilité. En effet la direction annonce un plan de restructuration comprenant un plan de départ de 450 salariés dans le monde dont 150 à 180 en France dans des secteurs ciblés de la R&D. Les projets d'investissements du programme NANO 2017, sont reportés.

Stratégie court-termiste, priorité donnée à une rentabilité à 2 chiffres, pertes de compétences liées au plan de départs, report des investissements : l'indépendance de l'Europe dans le secteur de la micro-électronique, sans une vision industrielle solide de notre entreprise, nous semble compromise. Nous sollicitons l'intervention de l'état actionnaire pour clarifier les perspectives du semi-conducteur en Europe.

Eric Potard Délégué Syndical Central Pour la CFDT STMicroelectronics.

octobre 31, 2014 |

© Copyright 2018 CFDT STMicroelectronics